Catherine présente Le chat du rabbin, de Joann Sfar

J’ai lu cette série de bande dessinée durant le weekend de Pâques – pur hasard, aucun lien de cause à effet, juste que j’avais deux heures de libre – mais je n’avais pas encore publié ma note de lecture…

Tome 1 : La Bar-Mitsva

Dargaud – Poisson Pilote, avril 2002, 48 pages, 10,95 €, ISBN 2-205-05207-1

Préface d’Eliette Abécassis : « […] C’est à la fois une poésie, un conte pour adulte, et une discussion intelligente, pondérée, et drôle, du judaïsme. […]. » (page 2).

Dès les premières cases, j’adore : « Chez les Juifs, on n’aime pas trop les chiens. Un chien, ça vous mord, ça vous court après, ça aboie. Et ça fait tellement longtemps que les Juifs se font mordre, courir après ou aboyer dessus que, finalement, ils préfèrent les chats. Enfin, pour les autres Juifs, je ne sais pas, mais mon maître, lui, il dit ça. Je suis le chat du rabbin. » (page 3). Eh oui, c’est un chat qui raconte cette histoire, un chat gris aux yeux verts, un chat plein d’humour, parfois cynique, souvent subtil, un chat « complètement libre » qui sait lire et qui veut étudier la Kabbale, un chat qui veut faire sa Bar-Mitsva ! Un chat qui aime sa maîtresse, Zlabya, la fille unique du rabbin (veuf), un chat qui pour obtenir la parole a dévoré le perroquet : « Cet oiseau parle sans cesse, qui n’a rien à raconter. » (page 7) ! « Zlabya, ma fille, il y a eu un miracle : le chat parle ! – Oh ! Papa, c’est merveilleux ! – Oui, mais il y a un grand malheur, aussi. – Quoi donc ? – Il ne dit que des mensonges. » (page 10). Un chat qui observe les quatre élèves de son maître et qui découvre leurs défauts, leurs vilénies, leurs mensonges. Mais humains et chat ne se ressemblent-ils pas ?

J’adore ! Il faut absolument que j’embraie sur le tome 2 !


Tome 2 : Le Malka des lions

Dargaud – Poisson Pilote, avril 2003, 48 pages, 10,95 €, ISBN 2-205-05369-8

Préface de Fellag : « Ce chat iconoclaste a une conscience des problèmes humains qui dépasse de loin celle des humains eux-mêmes. […]. » (page 2).

Le rabbin a reçu deux lettres ce matin. L’une est du Malka des lions, un cousin qui va leur rendre visite : Zlabya et ses copines sont en ébullition ! L’autre est de Paris car le rabbin doit faire une dictée pour prouver qu’il est bon en français et « être agréé par le consistoire des Juifs de France » (en un mot garder le poste de rabbin qu’il occupe depuis trente ans). J’avais oublié de dire que l’histoire se déroule en Algérie. La dictée ne se passe pas très bien… Le chat, voulant aider son maître, invoque le nom de Dieu en sachant très bien que c’est interdit et perd l’usage de la parole… Heureusement le cousin arrive, accompagné de son lion porte-bonheur !
Arrive aussi le petit-fils d’un voisin mourant, un charmant jeune homme qui plaît bien à Zlabya mais qui doit « entrer en fonction ici-même dans quelques semaines » ! S’en est trop pour le rabbin qui part se recueillir sur la tombe de Messaoud Sfar, son ancêtre, toujours de bon conseil. En chemin, le rabbin et le chat rencontrent Cheikh Mohammed Sfar, un vieil arabe qui voyage à dos d’âne et qui est aussi un descendant de Messaoud Sfar.
 

Ce tome 2 est aussi amusant que le premier et le chat (le lecteur aussi) apprend beaucoup de choses sur les traditions juives, sur l’amitié fraternelle entre les Juifs et les Arabes (ancêtre commun), mais curieusement il ne parle plus de faire sa Bar-Mitsva.


Tome 3 : L’exode

Dargaud – Poisson Pilote, octobre 2003, 48 pages, 10,95 €, ISBN 2-205-05497-X

Préface de Georges Moustaki : « […] Je me réjouis de constater que, dans l’œuvre de Sfar, les valeurs
philosophiques et l’art de vivre de la minorité judéo-méditerranéenne dans laquelle a baigné mon enfance ont gardé toutes leurs lettres de noblesse. […]. » (page 2).
 

Ouf, Abraham a conservé son poste de rabbin, le jeune homme de Paris étant là pour une autre synagogue. Mais il épouse Zlabya et l’emmène à Paris en voyage de noces et pour la présenter à ses parents et à ses sœurs. Le rabbin et le chat sont bien sûr du voyage. Mais le chat n’a toujours pas retrouvé la parole. Le rabbin s’est mis en tête de retrouver un neveu, Raymond Rebibo, un grand chanteur à ce qu’il dit… L’exode, c’est-à-dire le voyage jusqu’à Paris via Marseille, ne se déroule pas comme prévu : déjà il pleut des trombes d’eau à Paris (c’est gris, c’est moche) et en plus le rabbin refuse de loger chez les parents de son gendre qui ne respectent pas le Shabbath et les traditions juives. Il fuit sous la pluie (le chat le suit), se réfugie trempé dans une église catholique (la synagogue était fermée et l’hôtel l’a refusé). Le chat fait la connaissance d’un chien (un corniaud) et le rabbin retrouve son neveu chanteur. Voici une aventure rocambolesque comme on peut en vivre à Paris ! Le rabbin, Zlabya et le chat découvrent la vie européenne, la religion catholique, la nourriture non-casher, les soirées parisiennes…

C’est toujours drôle, mais je suis déçue que le chat ne parle plus…


Tome 4 : Le paradis terrestre

Dargaud – Poisson Pilote, septembre 2005, 52 pages, 10,95 €, ISBN 2-205-05725-1

Préface de Jean « Moebius » Giraud : « […] Joann Sfar […] fait partie de ces gens d’âme dont le rôle est de raconter des histoires qui donnent du sens aux histoires que leurs aînés leur ont racontées. […]. » (page 3).

Le rabbin est en voyage à Oran ; le chat « traîne » avec le cousin Malka et son lion qui traversent le désert et se donnent en spectacle de village en village, mais ils sont suivis par un serpent qui effraie le chat. Le Malka est vieux, le lion aussi, et ils ont moins de succès qu’avant en ce qui concerne la « protection des habitants » mais le Malka charme toujours autant avec ses histoires (comme celle d’un prince des montagnes qui l’a entendu chanter en plusieurs langues en plein désert et avec qui il est devenu ami). Pourtant la vie entre les communautés a changé depuis que l’abbé Lambert a tenu un discours de haine contre les Juifs et les Arabes… Il « s’habille en homme de Dieu, mais ce n’est pas un bon chrétien. » (page 40). « […] en douce, il leur disait que leurs malheurs, c’était la faute des Juifs. […] il leur expliquait que tous leurs soucis, c’était la faute des Arabes. » (page 41). Des heures sombres approchent, peut-être même une guerre, mais Abraham Sfar, le rabbin enseigne à ses étudiants « Tu auras passé des années à préparer une guerre, à t’endurcir, et le jour où on viendra te tuer, tu mourras tout de même. Crois-moi, il vaut mieux employer ton temps dans l’étude. » (page 50).

Si seulement les hommes avaient étudié et travaillé au lieu de faire la guerre… Drôle, philosophique, poétique même, dommage que le chat ne soit plus le personnage central.


Tome 5 : Jérusalem d’Afrique

Dargaud – Poisson Pilote, décembre 2006, 84 pages, 12,50 €, ISBN 2-205-05868-1

Préface de Philippe Val : « Je pense comme toi. Au contraire de l’amitié entre les hommes, l’amitié entre les peuples n’existe pas. […]. » (page 3).

Le chat continue d’observer le monde des humains. « Je crois qu’elle n’est pas heureuse avec lui. Tant mieux. Elle s’occupe plus de moi. » (page 6).

Le mari de Zlabya se fait livrer une énorme caisse pleine de livres juifs en provenance de Russie mais à l’intérieur au milieu des livres, il y a un Russe que tout le monde croit mort ! Que faire ? Comment ces Séfarades vont-ils enterrer un Ashkénase ? L’homme est -il même juif ?

« Elle est jolie, ta fille. – Oh, toi, on ne comprend rien à ce que tu dis, alors ça ne sert à rien de parler. » (page 18). Le Russe raconte la vie en Russie, la Révolution… Mais personne ne l’écoute, personne ne le comprend. « Écoute, mon ami, ferme-la. Quand tu parles, je comprends rien. Tais-toi ! » (page 20).

Heureusement, le Russe et le chat se comprennent, et le rabbin trouve à l’église orthodoxe un riche russe qui sert de traducteur. Le Russe a quitté son pays et veut aller en Éthiopie à la recherche des Juifs noirs, les descendants de la Reine de Saba. Des Juifs noirs ? Impossible !

Allez, tout le monde part en Afrique, le Russe, le riche qui paye les frais de l’expédition, le rabbin, son gendre et son chat, et puis aussi le Cheikh Mohammed Sfar, en pélerinage comme chaque année sur la tombe de l’ancêtre commun avec son âne.

« Croyez-moi, notre Dieu n’est pas haineux. Il aime la science et les Arts. Il n’est jamais aussi heureux que lorsque ses enfants sont paisibles. Quel dommage qu’il laisse tant d’ignorants parler en son nom. » (page 51).

Un album riche, plus épais, plein d’humour, de violence, de peinture et d’aventures.

Un hommage à Tintin, page 67, au Congo belge, avec un Tintin exécrable et accompagné d’un chien stupide !

Et puis l’amour pour le beau jeune homme russe avec une jeune et jolie serveuse noire prête à le suivre au bout du monde !

La suite « bientôt dans une tragédie érotique intitulée Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi ! ». Mais ça fait un bout de temps qu’il est attendu, ce tome 6 !!! D’autant plus que l’intégrale des 5 albums vient de paraître chez Dargaud. Alors finalement, un tome 6 ou pas ?

Une série que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et que je conseille à tous pour passer un excellent moment de lecture.

Et voici 5 tomes d’un coup pour le Challenge BD de Mr Zombi et pour le Challenge PAL sèches de Mo’.


Cette chronique de lecture est originellement parue le 8 décembre 2010 dans La culture se partage, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Catherine.

 

 

 

Catherine présente Aya de Yopougon, de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

Aya de Yopougon est une série de bandes dessinées de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie qui paraît aux éditions Gallimard/Bayou.

On me conseille cette série depuis longtemps. Je me lance enfin avec ce tome 1 paru en novembre 2005 aux éditions Gallimard/Bayou (105 pages, 15 €, ISBN 978-2-07-057311-7). Il est préfacé par Anna Gavalda. Il a reçu le Prix du meilleur album à Angoulême en 2006.

Marguerite Abouet est née à Abidjan en 1971 et a vécu dans le quartier de Yopougon, mais elle a étudié en France où un grand-oncle l’hébergeait avec son frère aîné.

Clément Oubrerie est né à Paris en 1966 et a étudié l’Art avant de partir deux ans aux États-Unis. Depuis son retour en France, il est illustrateur (ouvrages pour la jeunesse) et a fondé La Station (un studio d’animation). Il joue aussi de la batterie dans un groupe de funk et a déjà voyagé en Côte d’Ivoire (ça aide pour illustrer cette bande dessinée !). Plus d’infos sur son site officiel et sur son blog, La marge brute.


1978, à Yopougon (surnommé Yop City), quartier populaire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Aya a 19 ans.

Ignace, son père, est cadre à la Solibra (fabrique de bières), Fanta, sa mère, est assistante de direction chez Singer (et guérisseuse) et elle a un petit frère, Fofana.

Adjoua et Bintou sont ses deux meilleures amies.

Pendant qu’Adjoua et Bintou sortent danser et se faire draguer au Ça va chauffer (« Elle est D.I.S.C.O. […] ») ou au Secouez-vous, Aya préfère étudier plutôt que se retrouver en « série C » (coiffure, couture et chasse au mari !). Elle aimerait être médecin mais son père préfèrerait la marier, en particulier au fils du patron mais le fils du patron ne pense qu’à s’amuser.

Lorsqu’Ignace reçoit une promotion, il devient représentant mais du coup il est toujours sur les routes…

Adjoua tombe enceinte.


Petite réflexion par rapport à ce que dit Anna Gavalda dans la préface : j’ai remis cette histoire dans le contexte de l’époque c’est-à-dire en 1978. Je pense que – comme tous les pays du monde – la Côte d’Ivoire a changé depuis toutes ces années. Et puis est-ce que ça s’appelle être « très maligne » de se retrouver enceinte alors qu’on ne s’y attend pas et d’épouser un gars idiot qui n’est même pas le père du bébé ?

Enfin, je ne me suis pas attardée à cette préface et j’ai beaucoup aimé ce premier tome. C’est vivant, c’est frais et c’est drôle ! Il est possible de voir les cinq premières pages sur le site de l’éditeur.

Bon, il va falloir essayer le gnaman koudji (jus de gingembre) et la sauce arachide ! Et aussi lire la suite d’Aya de Yopougon !

Le tome 6 paraît d’ailleurs demain.

Je présente cette bande dessinée pour les deux défis BD auxquels je participe : le Challenge BD de Mr Zombi et le Challenge PAL sèche de Mo’.

 

Cette chronique de lecture est originellement parue le 24 novembre 2010 dans La culture se partage, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Catherine.

Pascale présente Leurres et lueurs, de Birago Diop

“Quand réveillant la terre d’El-Kanésie

D’impossibles miracles s’accompliront

Les lumières jaillissant de vos fronts

Rendront à votre Afrique sa frénésie.”

ISBN : 978-2-7087-0619-4

Éditeur : Présence africaine

Date Parution : 13/02/2002

Nombre de page : 83


Présentation de l’auteur et plus par là

Birago Diop est né en 1906 à Ouakam, un quartier de Dakar au Sénégal. Il est décédé en 1989 à Dakar.

Birago Diop était vétérinaire, il a également occupé un poste d’ambassadeur à Tunis.

Il est l’auteur des célèbres Contes d’Amadou Koumba, publiés aux éditions Présence Africaine, où le merveilleux et le réel sont intimement liés. L’un de ces contes, L’os, a été porté à la scène et son succès ne s’est jamais démenti depuis lors.

Les poèmes les plus modernes et les plus profondément africains de Leurres et lueurs ont été inspirés par des contes.
Poésie, conte, théâtre telle est la diversité et aussi la richesse de l’œuvre de Birago Diop, qui ne s’est pas outre mesure préoccupé de distinction ni de classification des genres littéraires.


Présentation de l’œuvre complète c’est ici

Un court recueil qui nous plonge dans les méandres d’une mélancolie où le rêve retient les souvenirs. Une poésie empreinte d’ombres et d’angoisses, au goût de terre africaine et d’océan. Des textes courts, intenses et profonds  teintés d’une grande sagesse.


Extraits du recueil

J’ai pris plaisir à découvrir cet auteur et je vous livre des textes, mais vous invite à le lire entièrement en cliquant sur ce lien

Puis si comme moi, la découverte plus approfondie d’un auteur vous titille, alors RDV ICI

N’hésitez pas à naviguer sur ces pages, il y a maintes lectures ou écoutes à votre disposition, des contes, et poèmes etc…

PLAGE

Un grand soleil, un soleil de soir éblouit

Sur l’Océan que blanchissent les volutes,

L’embrun comme de vains rêves s’évanouit

Dissipé par la folle fuite des minutes.

Dans les recoins où l’Inconscient s’enfouit

D’indistinctes questions naissent et luttent

Et le murmure des vagues semble un Oui

Aux plus angoissantes qui hantent la Brute.

La voix de la mer en moi obscurément

Réveille l’écho d’autres voix angoissées

Et je sens avoir pensé, en d’autres temps,

Les éternelles et défuntes pensées

Qu’elle roule dans son grand linceul mouvant

Et que jadis les vagues ont cadencées.

DYPTIQUE

Le Soleil pendu par un fil

Au fond de la Calebasse teinte à l’indigo

Fait bouillir la Marmite du Jour.

Effrayée à l’approche des Filles du feu

L’Ombre se terre au pied des pieux.

La Savane est claire et crue

Tout est net, formes et couleurs.

Mais dans les Silences angoissants faits des Rumeurs

Des Bruits infimes, ni sourds ni aigus,

Sourd un Mystère lourd,

Un Mystère sourd et sans contours

Qui nous entoure et nous effraie…

Le Pagne sombre troué de clous de feu

Étendu sur la Terre couvre le lit de la Nuit.

Effrayés à l’approche des filles de l’Ombre

Le Chien hurle, le Cheval hennit

L’Homme se terre au fond de la case.

La Savane est sombre,

Tout est noir, formes et couleurs,

Mais dans les Silences angoissants faits des Rumeurs.

Des Bruits infinis ou sourds ou aigus,

Les Sentes broussailleuses du Mystère

lentement s’éclairent

Pour Ceux qui s’en allèrent

Et pour Ceux qui reviennent.

SAGESSE

Sans souvenir, sans désirs et sans haine

Je retournerai là-bas au pays,

Dans les grandes nuits, dans leur chaude haleine

Enterrer tous mes tourments vieillis.

Sans souvenirs, sans désirs et sans haine,

Je rassemblerai les lambeaux qui restent

De ce que j’appelais jadis mon cœur

Mon cœur qu’a meurtri chacun de vos gestes ;

Et si tout n’est pas mort de sa douleur

J’en rassemblerai les lambeaux qui restent.

Dans le murmure infini de l’aurore

Au gré de ses quatre Vents, alentour

Je jetterai tout ce qui me dévore,

Puis, sans rêves, je dormirai – toujours –

Dans le murmure infini de l’aurore.


J’inscris ce recueil au challenge Poésie sur les 5 continents

 

Cette chronique de lecture est originellement parue le 17 novembre dans Mot à mot, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Pascale.

Pascale présente Le sang visible du vitrier, de James Noël

“je suis celui qui se lave les mains avant d’écrire”

Poète-vitrier, né à Hinche (Haïti) en 1978, James Noël est considéré aujourd’hui comme une voix majeure de la littérature haïtienne. Ses poèmes sont dits et mis en musique par des interprètes de renom tels Wooly Saint-Louis Jean, Pierre Brisson et tant d’autres.
Entre un hymne engagé à l’amour et une colère orageuse, se dégage de sa poésie, comme il se plaît à l’appeler, la « métaphore assassine ».


« Un vent salé nous vient du large avec la poésie de James Noël. Poésie toujours à double tranchant, sensuelle et tendre, violente et douce, âpre et sensible, poésie généreuse, soucieuse d’avancer, de partager le lot commun avec ses frères de peine, d’étarquer cette voile déchirée, celle de l’espoir d’un monde meilleur, sans cesse à construire et dont les mots du poète sont souvent les premières pierres. »

Jacques Taurand


Écoutez  des extraits de ce sublime recueil… (sur le blog de Pascale).


Il est toujours délicat de parler de poésie, tellement cette lecture reste une sensation et une émotion personnelles plus qu’un avis de lecteur.

« Nous ne sommes pas de cette rue

ne sommes pas de ce village

sommes pas de ce pays

pas de ce monde »

Dans les mots de James Noël tout se reflète et se fait écho, résonnent les blessures de son île, chante la sensuelle mélopée de l’amour.

Des textes en forme libre, empreints d’une force magistrale, nous emportant sur les hauts des vagues, puis dans l’apaisement de la passion, nous échouons comme enivrés d’un chant venu d’une culture colorée, chaude et sonore.

La spirale poétique tour à tour nous interroge et nous surprend agréablement, dans cette envie de lire à haute voix ces poèmes pour mieux entendre l’écho de l’auteur.

Tout à l’image du vitrier, il joue avec la fragilité et la transparence des mots pour mieux nous offrir la pureté et la clarté d’un instant poétique brodé sur la frange d’une mélodieuse sensibilité.

La brisure se ressent, le tranchant du verre nous effleure, et pointe alors la blessure profonde jaillissant au cœur du texte. Le sang coule dans les ravines d’un vécu, dans l’extrême douceur, l’auteur fait part d’un talent sans pareil à nous partager une certaine impuissance à nous épargner cette écorchure à vif, il y jette des vérités mais avec la délicatesse du poète en exergue : les rues / ces piétons de ma vie / que me circulent de travers / pierres et poussières m’ont lapidé / statue de sel en poudre fine / je suis le corps mort sur l’asphalte / ce fantasme de ma terre rebelle / ma terre de sang / dru maquillage / qui fait la une aux abattoirs.

Sur l’autre face de la vitre se mire la chaleur humaine, le chant sensuel de la passion, l’appel de l’amour dans un rêve sans fin : Le soleil que m’inventent tes seins / m’éclaire en pays de rêve d’allumettes / souffre qu’à la lune je colle une aile / pour maintenir juste équilibre / et que je pose une lampe / chaude confidence / dans un fond caché de la mer.

Il se livre à nu, sans pudeur ni honte, transparence d’une envie de crier au monde entier ce besoin de partager ses maux : Mes maux je vous les livre / jetez les livres puisqu’il ne s’agit pas d’écorce d’encre / ni de sèves bleues de poète d’îles / écartelées / mes maux / je vous les livre / prenez-les au vol / nus / comme des oiseaux sans plume / pour signer un temps / à tire-d’ailes / la lune a froid aux yeux / voilà que je vous parle sans maudire / la tempête cérébrale qui pense la mort / sous le vent / les tremblements de terre / sommant cette terre de ne pas trembler / sous la foulée des ombres folles / voilà que je vous parle / sans maudire / ma terre sur pilotis / avec du sang dans son parterre / terre ligotée.

C’est une poésie bouillonnante et franche, de cœur, de sang et de chair, de douleur et fatalité, d’amour et de passion, de blessures et de larmes, une poésie qui nous chavire et nous bouscule, nous étreint dans les bras d’un amer constat, nous sourit pourtant et nous caresse plus encore, un poète à la plume acérée glissant sur les courbes ondulantes de la vie. Un véritable chant qui se poursuit dans notre souvenir, un petit recueil à ouvrir souvent, à partager, à lire, à chanter.

Un poète à découvrir à lire, ce petit recueil m’a donné cette belle occasion et je remercie vivement les éditions Vents d’ailleurs pour ce très beau livre ainsi que toute l’équipe de Blog-o-Book.

Je vous laisse quelques liens pour affiner la connaissance de jeune poète à l’avenir prometteur.

Un article sur ce recueil : cliquez ici.

Le cœuritoire, le blog de l’auteur : cliquez là.

J’inscris ce livre au défi Poésie sur les 5 continents.


Cette chronique de lecture est originellement parue le 10 octobre dans Mot à mot, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Pascale.

Catherine présente La perspective Nevski, de Nicolas Gogol

La perspective Nevski est une nouvelle de Nicolas Gogol parue en 1835 dans le recueil Arabesques.

Le titre russe est Невский проспект.

On trouve cette nouvelle dans les Nouvelles pétersbourgeoises avec Le nez, Le portrait, Le manteau, La calèche et Le journal d’un fou.


Nicolaï Vassilievitch Gogol (Николай Васильевич Гоголь) ou Mykola Vassyliovytch Hohol (Микола Васильович Гоголь) en ukrainien est né le 20 mars 1809 dans la région de Poltava (centre de l’Ukraine).

Après ses études, il a quitté son pays et a travaillé dans un ministère à Saint-Pétersbourg. Il a commencé à écrire dès 1829 (poèmes, nouvelles), est devenu professeur (un de ses élèves sera Ivan Tourgueniev), a rencontré Alexandre Pouchkine, a publié des contes, des nouvelles, du théâtre. Puis il a voyagé pendant 12 ans en Europe (Allemagne, Suisse, France, Autriche, Pologne) avant de retourner en Russie, à Moscou, où il est mort le 4 mars 1852.

Vous pouvez lire une bibliographie et une chronologie des œuvres dans l’intégrale Quarto.


« Il n’y a rien de plus beau que la perspective Nevski […]. » (page 575, première phrase de la nouvelle).

Vraiment ?

Après une description enjouée de la perspective Nevski et de ses passants du matin au soir, l’auteur s’attache plus particulièrement à deux personnages, deux jeunes hommes : le peintre Piskariov et le lieutenant Pirogov.

L’un d’eux aura un destin tragique…

« Comme le destin se joue mystérieusement de nous ! » (page 607).


L’humour de Gogol rejoint la pauvreté d’esprit et la noirceur de la vie dans ce récit parfait.

J’aurais voulu lire plus d’une nouvelle mais avec la rentrée littéraire, je suis très occupée.  Ce n’est que partie remise car, avec les Nouvelles complètes parues en janvier 2010 aux éditions Quarto Gallimard (1008 pages, 24,90 €, ISBN 978-2-07-012494-7) dans ma bibliothèque, je reprendrai assurément ma lecture de Gogol que j’aime beaucoup.


C’était ma lecture pour J’aime les classiques de septembre et je le présente aussi dans le cadre de Une année en Russie et pour le défi Nouvelles sur les 5 continents (Europe).

 

Cette chronique de lecture est originellement parue le 29 septembre dans La culture se partage, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Catherine.

Catherine présente Grimms manga, de Kei Ishiyama

Grimms manga est un recueil de cinq contes de Jacob et Wilhelm Grimm adaptés et dessinés par la mangaka Kei Ishiyama. Il est paru aux éditions Pika en novembre 2009 et contient 167 pages de manga dont 4 en couleur plus 56 pages des contes originaux (9,90 €, ISBN 978-2-8116-0155-3).

Dans le cadre du Challenge BD de Mr Zombi, je me suis engagée à lire au moins un manga et j’ai eu l’occasion de lire Grimms manga, mais lorsque j’ai vu qu’il y avait aussi les textes des frères Grimm, je me suis dit que ça ferait un bon classique pour J’aime les classiques de juillet en espérant que Marie n’y verra pas d’inconvénient.

Jacob (1785-1863) et Wilhelm (1786-1859) Grimm sont les deux aînés d’une famille de Hanau (Allemagne) qui eut neuf enfants. Ils ont très tôt recueilli des contes allemands mais aussi nordiques en particulier danois. Les cinq contes qui suivent ont été publiés dans Contes de l’enfance et du foyer (deux recueils, 1812 et 1815). Pour ceux qui lisent l’allemand, les contes de Kinder und Haus-Märchen sont en ligne sur http://de.wikisource.org/wiki/Kinder-_und_Hausmärchen. Sur Grimmstories.com, de nombreux contes (dont Hansel et Gretel, et Raiponce) sont disponibles en français, anglais, allemand, espagnol, néerlandais, italien et danois. Vous trouverez l’intégrale des Contes de l’enfance et du foyer dans l’édition de José Corti parue en mai 2009 (1100 pages, 2 volumes, 50 €, ISBN 978-2714310002).


Le petit Chaperon rouge

Conte : Une fillette est envoyée par sa maman dans la forêt pour donner à manger et à boire à sa grand-mère seule et malade. Mais le petit Chaperon rouge rencontre un loup qui veut dévorer à la fois la grand-mère et la fillette.

Manga : Histoire totalement différente puisque le loup est ici un garçon-loup qui va demander la fillette en mariage !


Raiponce

Conte : Un couple qui a du mal à avoir un enfant est contraint de laisser sa fille à peine née à la sorcière qui a donné des raiponces de son jardin. La vieille femme enferme Raiponce dans une tour et y accède grâce aux cheveux que la jeune fille envoit par la fenêtre. Mais un jour, un jeune prince entend Raiponce chanter et en tombe amoureux.

Manga : Histoire adaptée puisque c’est l’inverse, le bébé enlevé par la sorcière est un garçon et c’est Éva, une paysanne qui entend le chant de Raiponce et en tombe amoureuse.


Hansel et Gretel

Conte : Hansel et Gretel sont abandonnés dans la forêt par leur père et leur marâtre. En essayant de touver leur chemin, ils sont attirés par une maison en confiserie où habite une sorcière qui veut les engraisser pour les manger.

Manga : Histoire adaptée avec un Hansel narcissique et une femme cruelle mais belle, fascinée par la beauté du garçon, puis par le courage de sa petite sœur.


Les douze chasseurs

Conte : Un fils de roi a promis à son père mourant d’épouser la princesse que le vieil homme a choisie pour lui. Il quitte donc la jeune fille dont il est amoureux mais celle-ci trouve un subterfuge pour être près de son bien-aimé : elle et onze jeunes filles se déguisent et deviennent les chasseurs du nouveau roi. Le lion du roi, « un animal étrange qui avait connaissance de toutes choses cachées et secrètes » prévient le roi du subterfuge mais le jeune homme ne croit pas son animal.

Manga : Le prince Maximilien est à la chasse avec sa bien-aimée, la princesse Christina, et l’aigle Fabian, lorsqu’il est appelé en urgence auprès du roi. Il promet à son père mourant d’épouser la femme qu’il lui a choisie et quitte Christina. Mais celle-ci se déguise en chasseur et se fait appeler Christian. Le chat Bastien qui devine tout et dit la vérité essaie de prévenir son maître en vain.


Les deux frères

Conte : « Il était une fois deux frères, l’un riche et l’autre pauvre ». Le riche est mauvais et le pauvre est bon mais il doit abandonner ses deux fils car ils ont mangé chacun un petit morceau de l’oiseau d’or de son riche frère. Les deux garçons sont recueillis par un chasseur, puis partent à l’aventure. Ils se retrouvent chacun avec un lièvre, un renard, un loup, un ours et un lion et se séparent. Un des deux frères tue un dragon et se prépare à épouser la fille du roi mais il est changé en pierre par un maléfique maréchal. Un an plus tard, l’autre frère arrive dans la même ville et découvre la vérité.

Manga (en deux parties) : Walter et Volker sont deux frères jumeaux tumultueux. L’histoire se déroule un peu différemment du conte, mais ils sont bien accompagnés des mêmes animaux. Walter tue le dragon et se réjouit d’épouser la princesse Anna, lorsque le ministre Gottlos le transforme en pierre et prend sa place. Heureusement Volker et les animaux vont le libérer et rétablir la vérité.


Tout le monde (ou presque) a déjà lu des contes, de Grimm, ou d’autres auteurs, mais il est vraiment agréable de les relire et de les comprendre en tant qu’adultes car de nombreuses choses échappent aux enfants ! En fait, on sait qu’il y a plusieurs niveaux de lecture dans les contes (des études ont été menées et des livres ont été rédigés comme L’envers des contes de René-Lucien Rousseau ou Ce que disent les contes de Luda Schnitzer).

Une mère qui envoie sa fille en pleine forêt à la merci de mauvaises rencontres (il a bon dos le loup, rappelez-vous Le roman du loup, de Claude-Marie Vadrot !), des parents qui laissent une sorcière prendre leur nouveau-né, d’autres parents qui abandonnent des enfants dans la forêt car ils ne peuvent plus les nourrir, un jeune homme qui pour obéir à son père quitte lâchement sa bien-aimée, etc. Les loups, les forêts, les sorcières, les maléfices, tant de choses qui font peur et qui sont utilisées pour montrer l’indigence des parents, la faiblesse, la lâcheté, la cruauté, etc.

Des histoires à méditer donc…

D’ailleurs, je vais sûrement relire d’autres contes car c’est quand même toujours un véritable émerveillement !


C’est la douzième bande dessinée que je présente dans le cadre du Challenge BD de Mr Zombi et c’est aussi mon classique pour J’aime les classiques de juillet.

Je la présente également ici dans le cadre de BD sur les 5 continents, pour l’Asie (j’avais dit que je lirais un manga).


Cette chronique de lecture est originellement parue dans La culture se partage, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Catherine.

Lelf présente Axiomatique, de Greg Egan

Axiomatique, de Greg Egan

Le Livre de Poche, octobre 2009, 496 pages, 7,50 €, ISBN 978-2-253087831


Axiomatique est un recueil de 18 nouvelles de science-fiction, écrites par Greg Egan, auteur australien très remarqué ces dernières années. En France, son recueil Océanique vient de recevoir le prix du Cafard Cosmique après avoir obtenu le prestigieux Prix Hugo et le Prix Locus en 1999. Greg Egan est spécialisé en Hard Science, ses nouvelles sont empruntes des connaissances scientifiques actuelles, utilisées pour expliquer des sociétés futuristes.

Axiomatique, où l’on trouve des assassins marchant entre les mondes parallèles, des artistes fous prêts à tout pour faire vivre l’Art, un cristal qui permet l’immortalité, des implants qui modifient les convictions profondes, des vortex temporels instables ou encore des savants qui jouent au Tout-Puissant.


De la hard-science au service d’une réflexion sur la condition humaine

La plongée dans ce recueil n’est pas des plus aisée, le style de Greg Egan étant très poussé, notamment dans la théorie scientifique. Physique, chimie, biologie ou mathématiques sont les supports des nouvelles et l’auteur se sert de connaissances avérées pour imaginer les évolutions et dérives possibles de ces sciences. Le lecteur scientifique reconnaîtra ainsi du vocabulaire et des principes connus, mais que les non-scientifiques se rassurent, il n’est pas facile, quoi qu’il en soit, de suivre la pensée de l’auteur. Néanmoins, selon les nouvelles la théorie est accessible ; et même en renonçant à une compréhension totale le message passe bien et l’aventure est un plaisir à suivre.

La science sert de prétexte à une profonde réflexion sur l’humain. L’auteur soulève notamment de nombreuses questions d’éthique (eugénisme, tests pharmaceutiques, définition d’une entité intelligente, les scientifiques qui jouent au Tout-Puissant…), ainsi que sur la nature profonde de l’Homme (où commence et s’arrête la liberté, comment définir une personnalité – notamment si on la copie, qu’est-ce qui définit un couple et sa longévité…). Ces interrogations philosophiques sont relativement poussées et abordées de différentes façons, certains textes se faisant parfois écho entre eux. La science-fiction est le moyen idéal pour soulever ces thématiques et Greg Egan l’utilise de manière subtile, proposant différents niveaux de lecture, le lecteur n’étant pas obligé de voir toutes ces analyses derrière l’aventure, mais la percevant néanmoins.


Des récits d’aventure riches

Côté intrigue, le suspense est de mise. Les héros sont souvent amenés à faire des choix dont les conséquences bouleversent leur quotidien, ou celui de leur entourage immédiat, voire celui de la société entière. Le déroulement est parfois prévisible, ce qui n’entache pas vraiment l’intérêt de la lecture, étant donné la profondeur de réflexion qu’il est possible de développer. Le petit détail amusant à souligner est le décor évoqué : l’Australie. Il est assez inhabituel de parcourir les rues des villes de ce pays ou d’avoir des histoires qui utilisent ses caractéristiques (comme par exemple dans Eugène, où l’on apprend que les gens choisissent d’avoir la peau noire, ce qui est plus pratique au soleil et fait chuter le taux de cancers de la peau).


Quelques nouvelles appréciées, plus en détail :

Lumière des événements : Les hommes reçoivent le journal de leur vie à l’avance, écrit par leur moi futur. Quelle place reste-t-il pour l’imprévu, ne peut-il y avoir de mensonges et comment peut-on s’écarter de cette route toute tracée ?

Le coffre-fort : Une conscience qui passe de corps en corps, habitant les gens pour 24 h. Plutôt comique au départ et intéressant de voir cet homme projeté dans des inconnus et s’approprier leur vie.

En apprenant à être moi : Pour prévenir la dégradation du cerveau et garantir l’immortalité de la conscience, les hommes ont tous un cristal qui enregistre une copie de leur cerveau. Cristal et cerveau sont-ils une seule personne ou deux entités qui pourraient se différencier et qui cohabitent ? Une belle question d’identité, des réponses qui pourraient bien faire froid dans le dos.

Orbites instables dans la sphère des illusions : Un couple marche entre les bulles d’attractions qui renferment des croyances. S’ils s’approchent de trop près d’une de ces bulles, ils pourraient malgré eux adopter la croyance qui la caractérise et ne plus jamais repartir. J’ai une petite affinité personnelle pour la réflexion qu’elle propose, autour de la définition de liberté. Même quand on se croit en liberté, l’est-on vraiment. Quand on se rebelle et refuse les sentiers battus, ne suit-on pas également un chemin établi par avance. Jusqu’à quel point est-on libre de ses choix et de ses mouvements ? La prise de conscience suffit-elle à changer cet état ? De bons souvenirs de philo en somme, et une nouvelle qui conclut bien le recueil.


En bref, Axiomatique est un bon recueil, une bonne surprise de retrouver toute cette réflexion éthico-philosophique et de voir les sciences utilisées de manière aussi pointue. Mais c’est également une lecture un peu exigeante. Avis aux amateurs.

Ce livre a été lu en LC, retrouvez les chroniques des autres blogueurs : Guillaume44, Anudar, Valunivers, Cachou, Charmante Lova, Nadège.

Axiomatique constitue également la deuxième étape de mon tour des 5 continents en nouvelles et en imaginaire, pour l’Océanie.


Cette chronique de lecture est originellement parue le 25 juin dans Imaginelf, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Lelf.

Pascale présente L’étoile qui tombit – Pardieu la belle fête !, de Gilles Durieux

L’étoile qui tombit – Pardieu la belle fête !, de Gilles Durieux

Le cherche midi, mai 2010, 144 pages, ISBN 978-2-7491-1730-0


Quatrième de couverture

De Gilles Durieux, son ami et préfacier Bernard Giraudeau écrit : « Alors on écrit la vie avec des cris accrochés à la douleur, au chagrin, à la jouissance des jours, des femmes, de l’alcool… ». Comme il a raison !

« Avec ce nouveau recueil, Gilles continue de s’exprimer sur le registre singulier qui est le sien : celui de la fraternité nostalgique, de l’amitié indéfectible, de la souffrance et du bonheur – ou des bonheurs – qu’apportent la vie. Je ne vois aucun poète, aujourd’hui, exprimant de façon aussi directe, aussi simple, aussi « populaire » (au meilleur sens du mot) cette émotion au quotidien qui est l’expression de la vie même.

Les souvenirs se bousculent, les personnages se croisent, se rencontrent et se perdent dans les poèmes de Gilles. Sous une apparente simplicité de forme et de contenu, il y a beaucoup de culture, de clins d’œil, de références multiples dans ces poèmes plus « composés » qu’il paraît. Mais Gilles nous fait oublier ce savant débraillé pour ne nous laisser à lire que la « substantifique moelle » de cette émotion nommée poésie. Fidèle à son habitude, il nous livre aussi une galerie de portraits « en creux » de tous ceux qui comptent ou ont compté à ses yeux… et ils sont légion, car je ne connais pas de Breton solitaire moins isolé que Gilles Durieux. Le vrai barde, c’est lui. Ça va « barder » !

Jean Orizet


La loco et son train

La poésie ça/ se braconne/ Des Flandres au Rhône/ De haut en bas

Les muses on les rançonne/ celles qui se nichent / sur ma péniche/ Sont à la barre / du tôt ou du tard

Avec un col bleu de marin/ des bas résille de la Liza/ il y a encore le Baron de l’écluse/qui chante en imitant quelqu’un

Dans son dimanche au bord de l’eau/ les répliques fusent / sur un bateau l’engin / réclame encore sa loco et son train

La poésie ça s’illusionne / cartonne / sur ton calepin / de petits dessins

Chantent l’eau vive / et Bapaume/ chantent le poulet d’grain/ et tous les enfants de Chaplin / que l’on compte pour s’endormir

Gilles Durieux


(suite de la présentation du recueil gagné chez Celsmoon : L’étoile qui tombit – Pardieu la belle fête !)

J’ai lu pour ne pas dire braconné ce livre à petit pas, d’un texte à un autre, j’ai souvent perdu mon latin, bousculé par des mots venus du cœur d’un poète vers ses proches, un clin d’œil par-ci et par-là à des illustres personnages, ces textes se lisent comme des dessins en trompe-l’œil.

C’est étrange, troublant et même déstabilisant de se plonger dans cette poésie d’ailleurs, on admire sans vraiment se douter ce qui se cache derrière ces poèmes, et pourtant on ressent ô combien l’humain pur et chaleureux, ambitieux et généreux tout le long du recueil.

La plume de Gilles Durieux devient des ciseaux d’argent taillant le roc brut, texte après texte, se dévoile une facette puis une autre où la lumière vient s’y mirer en toute simplicité mais avec une authenticité telle que ce roc se mue en un diamant pur et admirablement travaillé.

Des textes à l’odeur d’un vécu, d’un personnage haut d’estime, sincère qui ne fait pas de manière.

Ne tentez pas de mettre une étiquette sur cette poésie, ni forme ni principe, c’est la poésie de Gilles Durieux : belle et chantante, bousculant nos a priori poétiques, un langage unique pour un poète atypique.

Les mots en offrande se chahutent dans les vers, les rimes n’en font qu’à leur tête, et le tout devient un joyeux mélange savoureux et original qui surprend certes mais nous offre un vent nouveau aux embruns vivifiants.

Tout un recueil qui ressemble aux vagues frappant les récifs, l’écume nous laisse rêveur, le bruit fracassant nous rend un peu pantois, alors que la fraîcheur nous laisse en éveil prêt à affronter la prochaine déferlante.

Une poésie qui swingue, caracole et fanfaronne, sous un petit air américain, il faut avoir le pied marin, et vogue ce joyeux rafiot vers une lecture d’aventure.

Chapeau bas Monsieur Durieux !


La préface de Bernard Giraudeau est sublime, elle est poème, une entrée en matière qui nous met déjà du vague à l’âme (début de la préface).

« Il fut un jour, un beau jour sans doute, je ne me souviens d’aucun nuage, d’une pluie, peut-être lumineuse, bleue.

J’étais sans conscience, mon maître. Je t’ai glissé des mots en attente. Et tu as murmuré les tiens. Un vent d’Ouessant, Belle-Ile, je ne sais plus, nous dispersa. Il ne restera rien de nos empreintes, des ombres dessinées sur une mémoire tenace. Un jour, au coin d’une page sans brume, je te revis, ami. Tu me reçus comme une crique et nous nous ‘lîmes’ du verbe lire, bien sûr, aucune râpe en ces lignes, que des douleurs après ponçage des mots, des bois flottés en chapelet sur les vagues. »


J’inscris ce livre au challenge de la Poésie sur les 5 continents.


Cette chronique de lecture est originellement parue le 4 juillet dans Les mots de Pascale, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Pascale.

Johan présente Là où vont nos pères, de Shaun Tan

Là où vont nos pères, de Shaun Tan

Dargaud, 2008, 120 pages, 15,50 €, ISBN 978-2205059700


Je vais faire d’une pierre, trois coups aujourd’hui. En effet l’ouvrage que je vais vous présenter entre dans le cadre de 3 challenges auxquels je participe : À la découverte d’un pays d’Everthkorus (consacré à l’Australie pour la première édition), le défi BD sur les 5 continents de Catherine (pour l’Océanie) et mon challenge BD. Eh oui aujourd’hui c’est encore mieux que le shampooing, c’est du 3 en 1 sur mon blog ^^

Là ou vont nos pères (The arrival en VO) est un album de BD franco-belge de Shaun Tan (auteur sino-australien donc j’espère que ça ira pour les deux autres challenges ^^) publié chez Dargaud dans la collection Long Courrier en 2008. À noter que cet album a reçu le Fauve d’or à Angoulême en 2008 (prix qui récompense le meilleur album).

Un homme quitte sa famille pour partir à l’étranger et tenter de s’en sortir là-bas, dans cet endroit où il ne connaît rien n’y personne et où tout lui est étranger.


Mon avis

J’ai envie de dire OUAHOU !!! On prend une bonne claque dans la gueule devant cet album. Déjà il faut savoir que vous ne trouverez pas le moindre texte, point de phylactères par ici, juste les dessins somptueux de Shaun Tan qui parlent d’eux-mêmes. Parfois les dessins s’étalent sur une double page, d’autres fois c’est une succession de petites vignettes semblables à des photos dans un album, ce découpage sert habilement le récit et renforce la beauté de l’histoire.

Cet album est un fantastique hommage muet à tous ces gens qui ont décidé de tout quitter et de partir dans un pays étranger dans l’espoir de pouvoir y vivre une vie meilleure pour eux et leur famille. Ces gens qui partent dans un endroit complètement inconnu, en ne parlant pas la langue, en ne connaissant rien des coutumes, etc., qui risquent tout avec seulement un espoir, celui de mieux vivre, d’assurer un avenir radieux pour leur famille.

Le fait qu’il n’y ait pas le moindre texte, fait également que chacun s’approprie l’histoire à sa façon, y voyant ce qu’il veut en fonction de son vécu, etc., en faisant ainsi un album abordable à tous les âges. En revanche cette absence de texte peut, peut-être, en déboussoler certains, puisqu’ici c’est au lecteur de comprendre et d’imaginer ce qu’il veut.

Les dessins sont entièrement dans des tons sépias, grisés, etc., qui donnent également l’impression d’avoir entre les mains un album de photos souvenirs, dont tous les instantanés mis bout à bout nous racontent l’histoire de la famille.

En bref, une BD atypique, mais qui vaut vraiment le coup de s’y intéresser (enfin comme d’hab je vous conseille de feuilleter avant d’acheter, ou d’emprunter avant, pour vous faire une idée) ne serait-ce que pour le superbe trait de Shaun Tan et pour le vibrant hommage qu’il rend à tous les exilés, immigrés, réfugiés, etc., qui ont pris un jour leur courage à deux mains et ont tout quitté dans l’espoir d’une vie meilleure.


Question bonus : vous seriez prêt à quitter tous vos proches, pour partir vivre ailleurs dans l’espoir d’une meilleure vie ?


Cette chronique de lecture est originellement parue le 25 mai dans Les lectures de Mr. Zombi, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Johan.

Johan de ‘Les lectures de Mr. Zombi’

Je viens juste de m’apercevoir que je n’avais toujours pas annoncé ma participation à un nouveau challenge (alors que ça fait un bail que j’ai dit que j’y participais ^^) et je vais donc y remédier.

Ce nouveau challenge, est organisé par Catherine et s’intitule BD sur les 5 continents (pour tout savoir c’est par ici) et j’ai décidé d’y participer car il complète à merveille mon challenge BD (notamment la clause géographique qui se remplit plus facilement lol), et parce que Catherine est très sympa et son logo tout mimi (donc à quoi bon s’en priver ^^).

Donc si vous aussi vous avez envie de participer à ce défi BD, n’hésitez pas à aller vous inscrire et à nous faire partager vos BD venus des quatre coins du globe (plutôt des 5 coins d’ailleurs lol).

Question bonus : Des 5 continents, lequel vous n’associez pas du tout avec la BD ?

[Article paru le 20 mai sur Les lectures de Mr. Zombi]

Afrique : ?

Amérique : ?

Asie : ?