Archives de Catégorie: – Océanie

Lee Rony présente Visages noyés, de Janet Frame

Visages noyés, de Janet Frame

Rivages poche / Bibliothèque étrangère, 2004, 308 pages, ISBN 2743612398

Faces in the water (1961) est traduit de l’anglais (Nouvelle-Zélande) par Solange Lecomte (1963).


Certes le défi Poésie sur les 5 continents, comme son nom l’indique, concerne la poésie mais en explorant l’œuvre de Janet Frame j’ai découvert le roman dont le titre est celui de cet article.

L’auteur y scanne la réalité, souvent sordide, de l’enfermement psychiatrique, au point qu’il apparaît que qui y rentre saint d’esprit ne semble pouvoir en sortir autrement que dément. Nous voyons la (sur)vie au quotidien de Fiona, Sheila, Mary-Margaret et tous les autres dont leurs efforts pour demeurer vivants, sinon pensants, dans un cadre leur murmurant continuellement qu’ils ne sont plus ni l’un ni l’autre ! Les visages traduisent le flou de consciences fragmentées et dans leurs regards nous devinons des âmes rongées par l’acide de pensées qu’elles ne peuvent maîtriser.

Nous entendons les cris des malades et les grincements des portes, à moins que ce ne soit le contraire… Nous sentons la rétention des camisoles, le grésillement des électrochocs, nous apercevons des silhouettes errantes, spectres en attente d’une mort salvatrice, nous regardons par-dessus l’épaule d’infirmières dissimulant leur répulsion sous un masque de méchanceté, ainsi la société cache-t-elle sa peur derrière de hauts murs.

Qu’est-ce que la folie, est-elle dans le crâne de cette femme qui regarde par la fenêtre un spectacle qu’elle ne peut décrire, dans les gestes de celle-ci dessinant un invisible portrait ou dans le commentaire froid et technique d’un spécialiste ?

Et puisque je pose la question j’y réponds : le troisième est le pire !

Comment survivre dans ce monde terrifiant (l’asile) sinon en créant son univers, comment survivre dans le monde atroce (le nôtre) sinon en s’inventant un ailleurs supportable, un blog peut-être. Mais qui vit du bon côté des barreaux ?

À se demander si le monde n’est pas plus beau vu par la fenêtre d’un asile psychiatriste

Diagnostiquée schizophrène en 1945, après avoir été profondément traumatisée par la mort de ses deux sœurs par noyade à dix ans d’écart, elle sera internée pendant huit ans et subira deux cents électrochocs sans pour autant cesser d’écrire. Son premier recueil Le Lagon sera publié en 1951. Son succès lui évite une lobotomie programmée. Subissant par la suite de nouveaux examens ,il sera démontré qu’elle ne souffrit jamais de schizophrénie.

Née à Dunedin, Nouvelle-Zélande, le 28 août 1924, elle est attirée tôt par la littérature et veut devenir poète alors que sa famille la pousse à devenir institutrice, métier qu’elle tentera, en vain, d’exercer !

En 1988 elle met un terme à sa carrière après The Carpathians.

Au final elle publiera un recueil de poèmes, cinq de nouvelles et onze romans. En 1990 Jane Campion adaptera son autobiographie Un ange à ma table au cinéma. En 2004 elle meurt d’une leucémie sans avoir eu le prix Nobel auquel elle fut proposé l’année précédente.

Dommage, pour le Nobel !


Cette chronique de lecture est originellement parue le 15 mai dans Lire au nid, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Lee Rony.

Publicités

Laura présente Beach Burial, de Kenneth Slessor

Beach Burial, de Kenneth Slessor

J’avoue, j’ai cherché sur Wikipédia, parce que je ne connaissais pas de poète australien ; grâce à Catherine, c’est fait :


Kenneth Slessor (27 mars 1901 – 30 juin 1971)

La suite sur Wikipédia.


Derniers vers de Beach Burial

Dead seamen, gone in search of the same landfall,

Whether as enemies they fought,

Or fought with us, or neither ; the sand joins them together,

Enlisted on the other front.

Marins morts, partis à la recherche du même débarquement,

Ou bien ils ont combattu comme ennemis,

Ou bien ont combattu avec nous, ou ni l’un ni l’autre ; le sable les a réunis,

Engagés sur l’autre front.


Œuvres de Kenneth Slessor

1920 : Country towns

1926 : Earth Visitors

1930 : A Bushranger

1932 : Cuckooz Contrey

1939 : Five Bells

1944 : Beach Burial ; One Hundred Poems

1957 : Poems


Une note de lecture de Laura, participante que vous pouvez retrouver sur son blog Laura Vanel-Coytte.