Catherine présente La triste fin du petit Enfant Huître, de Tim Burton

La triste fin du petit Enfant Huître et autres histoires est un recueil de Tim Burton paru aux éditions 10/18 dans la collection Domaine étranger en septembre 2007 (123 pages, illustrations en couleur, 7,40 €, ISBN 978-2-264-02768-9). Une édition spéciale est parue en novembre 2008 aux éditions 10/18 (128 pages, 10 €, ISBN 9782264048738). Traduction de René Belletto (qui a adapté en privilégiant les rimes).

Avec The melancoly death of Oyster Boy & other stories, Tim Burton, extraordinaire réalisateur américain né en août 1958, publiait en 1997 son premier livre qu’il illustrait lui-même.

Lorsque je me suis rendue compte que ces histoires étaient écrites sous la forme de poésie (en vers ou en prose), j’ai tout de suite décidé de les présenter pour le défi Poésie sur les 5 continents pour le continent américain.

Je connais l’univers de Tim Burton à travers ses films colorés, baroques et très originaux, mais j’ai été vraiment surprise par les personnages (pratiquement tous hideux) de ses poésies parce qu’on les croirait tout droit sortis d’un cerveau dérangé (désolée, hein, Tim !). Jugez plutôt : un enfant-robot, un enfant qui a des clous dans les yeux, un enfant tache, un enfant huître, un enfant toxique, un enfant momie, etc. Les filles ne sont pas en reste avec une qui a plusieurs yeux, une qui fixe tout le temps, une faite d’ordures, une qui porte des aiguilles de vaudou, etc.

Les enfants seraient-ils donc tous de monstrueuses créatures ?

Je remarque la présence presque systématique des yeux, l’importance du regard donc, celui que l’on porte sur soi-même et celui des autres.

Monstruosité, cruauté, mort et humour noir sont les maîtres-mots de ce recueil de poésie surprenant !


Trois extraits


Stick Boy and Match Girl in love (pages 10 à 13)

« Stick Boy liked Match Girl,

he liked her a lot.

He liked her cute figure,

he thought she was hot.

But could a flame ever burn

for a match and a stick ?

It dit quite literally ;

he burned up pretty quick. »

Brindille et Allumette amoureux

« Brindille aimait bien Allumette,

il l’aimait vraiment beaucoup,

il adorait sa jolie silhouette,

et il la sentait chaude comme tout.

Mais le feu de la passion peut-il être,

entre une brindille et une allumette ? Eh bien

oui, à la lettre :

il flamba comme rien. »


Roy, the Toxic Boy (page 76-77)

« […]

The one and only time

I ever saw Toxic Boy cry

was when some sodium chloride

got into his eye.

[…]. »

Ludovic, l’Enfant Toxique

« […]

La seule fois, l’unique

où je vis l’Enfant Toxique pleurnicher,

ce fut quand du sérum physiologique

dans son œil alla se nicher.

[…]. »


Junk Girl (pages 98 et 99)

« There once was a girl

who was made up of junk.

She looked really dirty,

and she smelled like a skunk.

[…]. »

La fille faite d’ordures

« Il était une fois une nénette

qui d’ordures était faite.

Elle était vraiment cracra

et puait comme un putois.

[…]. »


Alors ? Est-ce que ça vous a donné envie de découvrir l’univers littéraire et poétique de Tim Burton ?


Cette chronique de lecture est originellement parue le 4 mars dans La culture se partage, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Catherine.

Publicités

À propos de Défis 5 continents

Défis littéraires « sur les 5 continents » : poésie, théâtre, nouvelles, BD, littérature jeunesse...

Publié le 10 mars 2010, dans - Amérique, Poésie, et tagué , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Ouais, j’ai déjà lu. Des idées intéressantes, mais j’ai pas particulièrement accroché. Il me semble se complaire dans son délire, alors qu’il a déjà dit tout ça dans Vincent (le court-métrage)

    • Je comprends ce que tu veux dire, mais il se complait dans ses délires avec ses films aussi et c’est ce qui fait son talent et son succès. Là, c’est vrai que ça fait peut-être un peu too much tous ces enfants monstrueux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :