Pascale présente Entre source et nuage, de François Cheng

Entre source et nuage, de François Cheng

Vous trouverez plusieurs éditions de ce livre, la plus récente dont descriptif ci-après et plus bas rééditée en format poche, celle que je possède.

Albin Michel, nouvelle édition, février 2002, Collection Spiritualités vivantes, broché, 248 pages, ISBN 978-2-22613-160-7

L’édition plus ancienne celle que je possède : 1990, première édition, réédition en poche 2002.


Rentrons en matière avec un poème de cet auteur qui je le rappelle n’est pas lui-même auteur des textes contenus dans ce recueil mais simplement le maître d’œuvre et je vous convie à lire la quatrième de couverture pour connaître un aperçu du contenu.

L’infini n’est autre

Que le va-et-vient

Entre ce qui s’offre

Et ce qui se cherche.

Va-et-vient sans fin

Entre arbre et oiseau,

Entre source et nuage.

(François Cheng)


Quatrième de couverture

Entre source et nuage n’est pas une simple anthologie, mais la transcription d’un héritage poétique et spirituel auquel François Cheng donne ici une vie renouvelée, avec toute la ferveur née de son expérience intérieure de poète naviguant entre deux langues et deux cultures.

Ce recueil se compose principalement de poèmes de la dynastie des Tang (618-907) et de celle des Sung (960-1279), qui font partie de l’âge d’or de la poésie classique chinoise. Li Po, taoïste, chante la communion totale avec la nature et les êtres ; Tu Fu, confucéen, exprime le destin douloureux de l’homme, mais aussi sa grandeur ; Wang Wei, l’adepte du bouddhisme Ch’an, fixe ses méditations dans des vers d’une parfaite simplicité. À côté de ces géants, d’autres voix dans la Chine contemporaine participent de la même aventure. Malgré une histoire sauvent tragique, les poètes de la Chine d’hier et d’aujourd’hui ont su porter témoignage d’une spiritualité toujours vivante.


L’auteur vu par l’éditeur

François Cheng est né en 1929 dans la province de Shandong, non loin du Yang Tsé et des brumes du Mont Lu. Il vit en France depuis 1949.

Universitaire, poète, calligraphe, traducteur en chinois de Baudelaire, Rimbaud, René Char, des surréalistes etc., auteur d’essais remarquables sur la poésie et l’art de la Chine, il a reçu en 1998 le prix Fémina pour son premier roman Le dit de Tianyi publié par Albin Michel et le prix André Malraux du livre d’art pour Shitao : la saveur du monde (Phébus).

Son œuvre a été couronnée par le Grand prix de la Francophonie de l’Académie française. Il est le premier asiatique à être élu académicien.


Présentation du livre

Si on aborde la poésie chinoise, ce recueil est une parfaite entrée en matière, puisqu’il couvre une belle dynastie de 618 à 1279 appelée l’âge d’or de la poésie classique chinoise.

L’avant-propos, vous offrira le ton de cette poésie chinoise sans doute mal connue à tort car elle est chargée de sagesse, de spiritualité et de simplicité donnant cette pureté et légèreté à la lecture, toutefois, on peut croiser quelques blessures évidentes laissées comme des stigmates d’un peuple qui a traversé des turbulences.

Trois grands courants nourris de la spiritualité : le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme, trois pensées à la fois opposées et complémentaires qui donneront toute cette richesse de la pensée chinoise. Ce vaste pays qui est la Chine donne aussi une certaine dimension à cette poésie, selon l’origine des poètes, les écrits seront plus ou moins marqués par cette géographie multiple et ces pensées variées : exemple repris dans l’avant-propos : « au centre-sud de la Chine, poésie fortement marquée par cette région à la végétation luxuriante et aux paysages par endroits féeriques et fantastiques […] les chants de Ch’u sont avant tout une recherche de la  communion avec les éléments de la nature… ».


Pour ne pas allonger ce billet, je note les 3 géants de la poésie chinoise :

1. Li Po, de tendance taoïste

2. Tu Fu, essentiellement confucéen

3. Wang Wei, bouddhiste Ch’an


Bien sûr il serait dommage de se limiter à ces 3 auteurs, tant la richesse et la diversité de la poésie chinoise est vaste, quelques noms parmi tant d’autres dont regorgent ce livre :

1. Meng Hao-jan et Chiao Tao aux vers dépouillés révélent leur désir d’évasion et de communion spontanée

2. Po Chü-i dénonçant l’injustice sociale et décrivant la souffrance

3. Ch’ien Chi avec ses chants rythmés proches de l’incantation

4. Li Ho hanté par la vision de l’au-delà dévoile avec un accent pathétique, la tragique beauté de la vie terrestre

5. Li Shang-yin chantre ardent de la passion de l’amour

6. Tu Mu et Wen T’ing-yun expriment toute la nostalgie d’un bonheur vécu ou rêvé, désormais inaccessible

7. Li Ch’ing-chao (poétesse) honore la poésie chinoise par son chant frémissant de sensibilité, tout de nuances subtiles et de musicalité


J’ai choisi de vous présenter parmi tous ces poètes cette dame, Li Ch’ing-chao née en 1084? sans certitude et décédée après 1141.

Son nom ‘Pure-clarté’ à l’image de sa personne, un être à la pensée élevée, à la sensibilité frémissante, d’une vaste culture, faisant montre dans les épreuves de courage tenace et d’héroïque aspiration.

Sa vie est intimement mêlée aux événement de son époque : mariage heureux durant l’ère prospère de l’empereur Hui-tsung, où l’art des Sung atteint son apogée ; exode dramatique lors de l’invasion des tribus barbares des Chin ; mort de son mari dans la tourmente ; vieillesse passée dans la région du Lac de l’Ouest après l’effondrement des Sung du Nord.

Épousant de près les différentes étapes de sa vie, sa poésie, cristallisation de ses expériences intimes, montre des qualités propres à un grand poète : finesse et vivacité des sentiments permettant de saisir les dons des instants  à travers des détails concrets ; sens aigu de la valeur imaginaire et musicale des mots ; vision de vie très personnelle intensément éprouvée et patiemment intériorisée, etc.

Voici un poème : Sur l’air de « I-chien-mei »

Le parfum des lotus rouges faiblit

déjà la natte sent la fraîcheur d’automne

Ma robe de soie légèrement dégrafée

je monte sur la barque d’orchidée

De quel nuage attendre un message,

au passage d’oies sauvages

seule la lune inonde le pavillon d’Ouest

Les fleurs s’éparpillent

au gré du vent au gré de l’eau

une même pensée partagée

deux tristesses séparées

et cet ennui

À peine chassé des sourcils

le revoici à la pointe du cœur.


Poussons notre découverte de la poésie chinoise

Pour allier poésie et calligraphie, deux arts qui se communient en osmose, je vous invite à découvrir ce livre dont les textes ne sont autres que ceux présentés ci-dessus, d’ailleurs dans l’avant-propos du précédent livre, j’avais relevé ceci : « Au point que la poésie, en liaison avec la calligraphie et la peinture – appelées en Chine la Triple-Excellence – devient l’expression la plus haute de la spiritualité Chinoise. ».

Résumé

Des poèmes tirés de « Entre source et nuage » de François Cheng. Les poètes de la dynastie des Tang (618-907) ont su continuer, en la magnifiant, une culture littéraire millénaire. Au point que la poésie, en liaison avec la calligraphie et la peinture – appelées en Chine, la Triple Excellence – est devenue l’expression de la plus haute spiritualité.

Quatrième de couverture

« Les poèmes proposés dans ce Carnet du calligraphe illustrent une tradition qui correspond à l’âge d’or de la poésie classique chinoise. Les poètes de la dynastie des Tang ont su continuer, en la magnifiant, une culture littéraire dont l’origine remonte à presque mille ans avant notre ère. »

François Cheng

Spécialiste de l’art et de la poésie de son pays d’origine, la Chine, François Cheng a publié de nombreux ouvrages, dont Le dit de Tianyi, prix Fémina 1998 ; L’écriture poétique chinoise ; Shi Tao, la saveur du monde, prix André Malraux 1998 ; Chu Ta, le génie du trait, et Entre source et nuage.

Dans ce Carnet du calligraphe, François Cheng donne sa traduction d’un héritage poétique qu’il connaît par cœur, en lui insufflant une vie nouvelle. Par la magie du pinceau et des couleurs, les calligraphies de Fabienne Verdier participent de ce même élan créateur.

64 pages, 22 x 13 cm, broché, ISBN 978-2-22611-237-8


Ces livres vous ont été présentés dans le cadre du challenge Poésie sur les 5 continents : l’Asie.


Cette chronique de lecture est originellement parue le 17 avril dans Mot à mot…, blog sur lequel vous pouvez lire d’autres articles de Pascale.

Publicités

À propos de Défis 5 continents

Défis littéraires « sur les 5 continents » : poésie, théâtre, nouvelles, BD, littérature jeunesse...

Publié le 20 avril 2010, dans - Asie, Poésie, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Merci Pascale pour ces belles découvertes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :